L’inauguration du nouveau siège le 5 septembre 2008

Inauguration de la caisse

Porte d’Alsace à Dannemarie, Un siège d’un nouveau style.

Le Crédit Mutuel Porte d’Alsace a inauguré récemment son nouveau siège, en plein cœur de Dannemarie. Une Caisse sans argent au guichet, avec un libre-service bancaire ouvert sur l’espace d’accueil et de conseil, et des bureaux avec vue sur la verdure.… Une première en milieu rural, une belle réalisation pour la dernière Caisse du district d’Altkirch St-Louis à bénéficier d’un nouveau siège.

Pendant longtemps seule Caisse du district à ne pas avoir été rénovée, le Crédit Mutuel Porte d’Alsace dispose aujourd’hui d’un nouveau siège, idéalement situé sur un axe important de fréquentation, en plein cœur de Dannemarie. Un bâtiment de 1 000 m2 sur deux niveaux, posé sur un terrain de 40 ares doté de 60 places de parking, et entouré d’espaces verts agrémentés de quelques fruitiers rappelant les vergers sundgauviens.


Le projet de ce nouveau siège mûrit depuis 2005, a rappelé Jean Ellminger, directeur de la Caisse Porte d’Alsace lors de l’inauguration officielle. Il a nécessité beaucoup de réflexion, de travail et d’efforts de persuasion sur le bien-fondé de certains choix. A l’époque,les élus et les salariés n’ont eu aucune hésitation quant à la nécessité d’opter pour une Caisse « sans argent au guichet ». « C’était précurseur, mais nous étions tous convaincus que l’avenir passait par là. Et aujourd’hui encore, c’est la première banque de ce type en milieu rural  », a souligné Jean Ellminger. « Nous souhaitions aussi une Caisse ouverte sur la ville dans laquelle on se rend pour de multiples raisons et services, et pas seulement pour retirer de l’argent, et dans laquelle on entre en poussant la porte, tout simplement », a-t-il précisé.

Un mur d’argent

Aujourd’hui c’est chose faite : en passant simplement le seuil du Crédit Mutuel Porte d’Alsace - sans avoir à franchir de sas de sécurité -, les clients accèdent à un « mur d’argent », qui met à leur disposition une borne de dépôt et deux Gab, auxquels s’ajoutent celui placé en façade et celui disponible un peu plus loin dans la commune. Pour argumenter leur nécessité, le directeur a cité quelques chiffres : « 20 000 opérations ont été réalisées en un mois sur ces appareils, alors qu’auparavant 2 000 à 3 000 étaient effectuées  aux guichets ; quant à la borne de dépôt, elle a enregistré 1 900 opérations en un mois. »
Autre originalité de ce nouveau siège : ce libre-service bancaire est entièrement ouvert sur un vaste espace d’accueil et de conseil, destiné à recevoir les clients, à les guider dans leur démarche et si nécessaire à les accompagner dans l’utilisation des automates. « Nous avons conçu cet espace ouvert pour que les clients ne soient pas isolés face au mur d’argent, que les novices ne se sentent pas seuls devant les automates et que nos sociétaires-clients accèdent aux services sans obstacle », a détaillé le directeur. Avant d’ajouter qu’un des deux postes de conseil sera successivement occupé par quasiment l’ensemble des conseillers, afin de les sensibiliser à la problématique de l’automatisation. 
Le rez-de-chaussée compte encore treize bureaux se répartissant de part et d’autre d’une belle allée, une petite salle de réunion, une salle réfractaire, les coffres, les archives et fournitures. Les bureaux du directeur et des six conseillers spécialisés en gestion de patrimoine, le service entreprises et agriculture sont quant à eux situés au premier étage, auquel on accède par un magnifique escalier en pierre naturelle. Pièce maîtresse au premier, la salle de conseil ouvre de larges baies vitrées sur deux symboles : le clocher de la commune d’un côté, le grand ballon d’Alsace de l’autre. 

« Des bureaux dans un verger »

A l’intérieur les lignes pures et les matériaux nobles - bois, pierre, verre -, se conjuguent harmonieusement. Ils sont soulignés et mis en valeur par la lumière naturelle qui, ici entre discrètement par ces fenêtres tout en longueur à la lisière du plafond, là inonde par cette magnifique chapelle. Et dans tous les bureaux, les baies vitrées descendent jusqu’au sol et ouvrent sur l’extérieur, verdoyant. Les architectes, Carlos Miranda et Raphaël Erhard, ont souhaité ainsi créer une impression « de bureaux dans un verger » pour les salariés et de « promenade » pour les clients.
« Ce nouveau bâtiment du bourg-centre constitue pour notre Caisse à la fois un aboutissement et un commencement », a déclaré Joseph Schittly, président du conseil d’administration de la Caisse Porte d’Alsace. Il marque l’achèvement du processus de fusion des onze Caisses du secteur, entamé dans les années 90 avec leur regroupement autour des Crédit Mutuel Notre-Dame-du-Mont à Traubach et Porte d’Alsace à Dannemarie, et finalisé - « non sans douleur » - en 2000 avec la fusion de ces deux derniers. « La pression de la concurrence a nécessité cette réorganisation du réseau, une plus grande concentration et des fermetures de Caisses. Aujourd’hui, avec ce siège au cœur de Dannemarie et une agence à Balschwiller, notre Caisse Porte d’Alsace a la configuration que nous voulions lui donner en 2002, au moment du changement de direction », a expliqué Joseph Schittly.
« Ce nouveau siège signe aussi le début d’une ère nouvelle où performance, compétence, et excellence seront être les maîtres mots, nécessaires dans cette période difficile et tendue ne laissant plus la place au bricolage ni à l’approximation », a ajouté le président du conseil d’administration. La Caisse Porte d’Alsace est la première du Sundgau en termes de capitaux gérés (sans compter Saint-Louis) et la cinquième sur 95 au niveau de la Direction régionale Sud. Elle est aussi une des premières de la DRS sur le secteur des entreprises. « Au fil des ans, nous avons veillé à adapter notre organisation aux exigences de la société et aux habitudes des clients, caractérisées par davantage de mobilité, l’avènement des nouvelles technologies et de la banque à distance.  Aujourd’hui, nous changeons nos horaires d’ouverture afin de mieux répondre aux attentes de la clientèle » : les bureaux seront désormais ouverts du mardi au vendredi jusqu’à 18 h 30 et le jeudi jusqu’à 19 h.

Un événement, un acte de foi

Le coût de ce bel investissement se monte à 2,35 millions d’euros, soit 700 000 € de plus que le projet de réhabilitation de l’ancien siège, qui ne réglait pas le problème du parking, et 5,5 % de plus que l’agrément fédéral. « Ce montant, s’il est important, est à mettre en relation avec notre capacité à générer du résultat, a fait remarquer Joseph Schittly. Il représente la MNA de 2007, et tout au plus 18 mois de MNA actuellement, ce qui n’est pas si courant. »
« Cet investissement immobilier d’importance est un acte de foi en l’économie du secteur de Dannemarie et marque un ancrage fort du Crédit Mutuel dans cette région », a conclu le directeur. Des propos sur lesquels a rebondi Paul Mumbach, maire de Dannemarie, qui a remercié le Crédit Mutuel pour le développement qu’il apporte et l’intérêt qu’il manifeste aux collectivités qui peuvent y trouver un véritable partenaire. Pour le député, Jean-Luc Reitzer, l’inauguration de ce nouveau siège constitue un événement à plus d’un titre. Pour la Caisse de Crédit Mutuel tout d’abord, parce qu’elle a investi plus de 2 M€ pour offrir à ses 25 salariés un nouvel outil performant et moderne. Pour les clients ensuite, qui y trouveront à la fois confidentialité et proximité, qui apprécieront sa façade attrayante, ses 60 places de parking, sa facilité d’accès, et qui se laisseront vite séduire par ce mur de technologies. Pour Dannemarie aussi, car « on n’investit pas dans une ville si on n’a pas confiance en elle », a souligné Jean-Luc Reitzer, qui en a profité pour plaider, afin de lutter contre l’attractivité des grands centres commerciaux comme Mulhouse ou Bâle, en faveur d’un développement d’autres métropoles, d’équilibre. Pour le Sundgau enfin, car « dans le contexte actuel difficile, nous avons besoin de tous les acteurs économiques, et donc du Crédit Mutuel, pour soutenir les commerçants, l’artisanat, les entreprises et l’économie en général. »
« Tout l’objectif de ces nouveaux locaux est d’apporter aux clients, aux sociétaires, donc aux propriétaires de la Caisse, les meilleurs prix et services, et l’accueil le plus chaleureux et convivial », a poursuivi Alain Delserieys, directeur général adjoint de la Fédération Centre Est Europe.Avant d’ajouter que le Crédit Mutuel a l’habitude de gérer les paradoxes. A commencer par celui de la proximité et de la distance. « La proximité, les clients la trouve dans leur Caisse, mais aussi dans la possibilité de pouvoir être en relation avec leur banque chez eux, grâce à Cybermut, et n’importe où, n’importe quand, via le téléphone portable. »
Par ailleurs, « nous prétendons être une banque à la fois locale et nationale, voire européenne ». En 1998, le Crédit Mutuel a racheté le CIC pour se donner une dimension nationale, devenant ainsi la deuxième banque de France. Avec le rachat de la City deutsche Bank, il vient de prendre une taille européenne. « Mais grâce à son organisation en Caisses, bien représentées sur l’ensemble du territoire, le Crédit Mutuel garde une dimension locale. Et la Caisse reste le point d’ancrage de la relation avec le client, même si entre les épargnants et les emprunteurs est venu se glisser le marché mondial. »